mercredi 29 octobre 2008

[Tourne Disque] : The Vines - Melodia

Label : Ivy League
Sortie : 12 juillet 2008

1/5






L'acheter?
L'écouter


La dernière fois que j'ai dû entendre parler des Vines pléthore de vidéos youtube étaient consacrées aux frasques du chanteur, Craig Nicholls, victime d'une maladie rare qui lui faisait avoir un comportement des plus désagréables. Je m'étais alors pris d'affection pour le bonhomme, me disant que ça devait être ça le rock ; souffrir, hurler, crier.

Je devais certainement avoir 15 ans et rêver devant l’excellent clip de la chanson Ride, vouloir une guitare, boire de la bière, habiter en Australie sans pour autant regarder Hartley Cœurs à vif. A 15 ans un rien impressionne.

Malheureusement il n'en est plus rien. Melodia pèche par son incroyable conformisme ; basse à Papa, folk à Maman et batterie en plastique ne passent plus. J’ai dans un premier temps voulu mettre ça sur l’alibi de l’évolution des goûts avec l’âge et de ses désillusions. Je ne serai jamais guitariste, ne boirai jamais de bières sur scène, n’aurai pas de couvertures de magazines à mon effigie, du moins dans la presse musicale ; rien de tout ça. Et malheur est encore de constater que ce qui semble manquer aux « Vines », est ce côté « basique », 2+2=4. On en demanderait pas plus, mélodies efficaces, ballades à faire exploser le top des « 25 plus écoutés » de notre Itunes, rien de plus.

Tout en restant capable de m'enfiler la trilogie 2002/2004/2006 à la suite, ce Melodia m'a fait un effet des plus désagréables. Craig avait dû, sur conseil de ses médecins, s’obliger à prendre ses médicaments, ses acolytes avaient dû en faire de même avec leurs vices. Fini l’illusion, out la légèreté. Le problème c’est que tout le monde fini dans le même sac, nous avec, renvoyant nos goûts d’ados aux oubliettes.

Tout est allé trop vite ; des morceaux d'au mieux 2 minutes (sauf le 6 minuté et chiantissime True As The Night qui suffirait tout juste à servir de « Morceau de la maturité » au groupe The Corrs). Le souci avec les morceaux de 2 minutes c'est qu’il faut que ça passe comme un suppositoire, vite et bien. On oublie et on attend les effets. Melodia a dû être enfilé à l'envers, le bout profilé (le meilleur) vers l'extérieur, comme un refus de tenter l'avancée, la percée (pardon...). Quand on s'appelle les Hives ça marche à coup sûr, c'est martelé, mitraillé. Les Vines eux mettent leurs pantoufles, rajoutant à l'ennui la fatigue, et pour nous l'agacement. Déception. Fini les morceaux à toute valzingue et quand bien même la chose est tentée (Braindead) elle fait l'effet d'un pétard mouillé.

C'est le mot qui résume un peu ça: ennui. C'est dommage pour ce groupe. A croire qu'on l'aurait préféré au bord de la mort pour le rincer une dernière fois. Impossible, plus de jus. Chaque titre est une sorte de morceau de fin d'épisode pour série pré ado. On y verrait bien les chanteurs se donner en spectacle au bal de promo où tous feraient la fête dans une fausse effusion de joie. Melodia est l’album de trop, à croire que le rétablissement de Craig Nicholls n’a rien apporté de bon à la musique du groupe. On attendait les Vines pour leur côté instable. Ce disque n’est pas sorti dans l’indifférence générale pour rien. Je me devais d’évoquer sa naissance et vous de constater sa mort.

En fin de compte cet album s'écouterait, au maximum, d'une oreille distraite. Négligemment joué sur l'ordi de la chambre (il ne mérite pas plus) pendant qu'on irait glandouiller au salon. Fond sonore. Reste qu'il s'écoute. Ce n’est pas désagréable mais sans intérêt. Utilitaire, il rempli votre bibliothèque Itunes et c'est tout. Le genre d'album qu'on efface sans regrets lorsqu'il nous manque quelques mégaoctets de libres.

Christopher.


Un lien: http://www.myspace.com/thevines

Extrait Vidéo :

2 commentaires:

duckfeeling a dit…

Cette chronique me paraît tout à fait juste mais je trouve le premier album du groupe, Highly Evolved, toujours aussi bon après quelques années. Il fait partie de ces groupes adulés par Rock&Folk au début de la décennie que j'écoute parfois avec énormément de plaisir (The Strokes et The Libertines sont les autres).

Il y a encore quelques bon morceaux dans Winning Days mais c'est certain que le reste est gâteux.

Duck.

Emilien a dit…

oui, voilà, leurs deux derniers albums sont très très très très mauvais, mais j'avoue que Highly Evolved reste un album que j'aime énormément. Ain't No Room! Meilleur morceau!