mercredi 15 octobre 2008

[Tourne Disque] : Snowman - The Horse, the Rat and the Swan

Label: Dot Dash Recordings
Sortie: 24 Mai 2008
4,5/5





L'acheter
L'essayer

Snowman s’inspire des codes et des thèmes d’un style marginal et très ciblé, le gothisme, pour mieux les détourner en les réinventant et en prenant des distances. Il en résulte un album tétanisant et tourmenté, qui ne peut que s’écouter du début à la fin, car les neuf morceaux qui le composent forment un tout indissociable.

Leur musique paranoïaque est un melting pot improbable entre rockabilly théâtral, cold wave, shoegaze, et le rock tribal et crispant de Liars. Contre toute attente, il n’en résulte pas une sorte de bouillie sans saveur et sans personnalité. Au contraire, il y a quelque chose de fondamentalement nouveau et puissant dans la mixture non préfabriquée de Snowman. Ils s’aventurent dans une zone risquée et à priori sujette à toutes les railleries, le gothisme donc, et arrivent à créer une musique dense et contrastée, où la dureté est magnifiée, et la noirceur mystérieuse. La violence et la pureté sont les deux lignes directrices du groupe.

Dès le début de l’album, le batteur semble taper de gros coups de massue, et le chanteur principal nous terrifie avec une rage obstinée. Un sentiment d’angoisse s’installe, ils ont décidé de nous secouer d’entrée et de ne pas passer par une phase d’adaptation. Très vite, sur la férocité des guitares vont se poser les vocalises plus angéliques des deux autres chanteurs. Ils rétablissent l’équilibre, nous sortent de l’enfer pendant quelques secondes, avec leurs mélodies réconfortantes et illuminées (toutefois traversées par un teint maladif, comme la voix d’alien sur We Are the Plague).

Comme sur ce premier morceau, toute la structure de l’album est variée et mixe les moments de violence brute aux purs instants de beauté, les chansons directes et agressives à celles plus atmosphériques et cérébrales. Le plus impressionnant réside dans le caractère narratif, et donc forcément prenant, des compositions. The Horse Pts 1 & 2 commence dans un calvaire submergé de suppliques et de voix lointaines, pour nous prendre instantanément par surprise au bout de trois minutes dans une violente course hardcore et speedée : les guitares prennent le dessus, la batterie est martelée sans limite, les screams nous prennent d’assaut. Puis 15 secondes de tribalisme indien surviennent, pour terminer sur un rock endiablé survolé par des vocalises exotiques africaines. C’est tout à fait saisissant, cela ne dure que 6 minutes, on va à l’essentiel tout en nous faisant ressentir la peur, l’excitation de la vitesse, l’étourdissement et l’émerveillement. Une symphonie abrutissante dominée par des couches de Mellotrons achève l’album avec Diamond Wounds. Cette musique dense n'est pas inaccessible pour autant, grâce à la clarté et l’immédiateté de l’ensemble.

On sort de cette expérience de 40 minutes un peu harassé, la tête pleine d’images distordues et avec la volonté pressante d’y retourner. The Horse, The Plage and The Swan sait nous violenter, tout en étant intelligente et envoutante.

François.

http://www.myspace.com/thesnowmanempire
Extrait audio de l'album:
Snowman – Our Mother (She Remembers)

2 commentaires:

Benjamin F a dit…

Salut François,

Justement j'allais t'écrire suite à ton com sur Playlist pour en savoir plus sur Snowman et notamment le titre de l'album ;) Voilà j'ai tout ce qu'il me faut pour me procurer le disque. Le titre que t'as mis en écoute me donne déjà grave envie. Merci ;)

Je profite également de ce com pour savoir si tu pouvais m'envoyer ton adresse mail à playlistsociety@gmail.com
J'ai un tout petit projet en tête pour la fin de l'année et je voudrais te mettre dans la boucle ;)

A+
Benjamin

parpaing a dit…

Torturé, sinueux, expérimental, déroutant, mais surtout réussi. Un album intéressant dont la musique est en effet assez compact voir dérangeante (je pense notamment à A Rebirth), l'ensemble est très hétérogène, mais il nous convie à un voyage mouvementé, qui nous malmène mais nous enivre, avec une foule de petites choses qui donnent envie de réécouter l'album pour le redécouvrir.
Merci pour cette découverte.