dimanche 24 août 2008

[Tourne Disque] : Coldplay - Viva la Vida or Death and All His Friends

Label : Parolophone
Sortie : 12 Juin 2008
2/5








Ah, dieu merci, dans le monde, en ce moment même, des milliers de fans de Coldplay respirent. Non, pas ceux qui sont des gens qui écoutent que ça et qui, de toute façon, aimeraient n'importe quoi fait par ce groupe parce que Chris Martin, il a trop une belle voix. Je parle de ceux qui n'assumaient pas leur amour pour Coldplay, ceux qui avaient bien aimé The Scientist mais qui n'avaient jamais osé l'avouer à leurs amis parce que merde, ils ont une image à tenir, ceux qui avaient même acheté X & Y mais qu'ils avaient planqués chez eux pour que personne ne tombe dessus, ceux qui avaient versés une larme en écoutant A Rush Of Blood To The Head, ces pauvres types là, coupés en deux avec ce combat entre le coeur et la raison, oui, et bien ils sont sauvés. Le voilà l'album de Coldplay qu'on peut assumer! Mais si, regardez, y'a des violons, preuve qu'il y a eu un travail sur les orchestrations et que c'est pas que du U2, sur Yes c'est même arabisant attention. Mais si, regardez, y'a Brian Eno qui a produit le truc, une légende vivante, preuve absolue que le groupe est devenu mature, et est même devenu un peu expérimental, forcement, on fait toujours des trucs bizarres quand on a Brian Eno avec soi. Et puis Chris Martin a écouté pendant des heures Arcade Fire (et a pompé le groupe avec un certain aplomb sur Lovers In Japan sans compter pleins d'autres petits détails qui parsèment l'album), sans oublier les traditionnels emprunts à Radiohead qui surnagent un peu plus que d'habitude sur un 42, ce qui fait que tout ça devient plus indé et moins stade donc plus facile à montrer. Bref tout le monde est content, c'est formidable, Coldplay est de retour.

Sauf que ce serait oublier que l'on écoute un album de Coldplay, le groupe de pop-rock radio-friendly et asseptisé qui remplit les stades de gens normaux et les oreilles de caresses molles, on écoute du Coldplay, le groupe déprimant le plus de bonne humeur, le groupe aventurier le plus prudent, le groupe épique le plus lent, le groupe larmoyant le plus sec, le groupe pour adolescents le plus adulte. Alors ça s'écoute, ne me faites pas dire ce que j'ai pas dit, 42 est même un bon morceau, cliché mais réussi, et malgré que tout l'album soit dramatiquement peu original, on a quand même un groupe qui fait son boulot tout à fait convenablement et qui réussira à convaincre tout le monde, ce qui n'est pas toujours facile à leur niveau. Mais à part ça, et en ce qui me concerne, rien de neuf sous le soleil, Viva La Vida est ni expérimental ni étonnant ni brillant ni raté, on a un groupe qui fait toujours les mêmes choses avec les mêmes recettes que ce soit les tics de voix mignons de Chris Martin, les pianos qui jouent des accords mineurs, les guitares noyées dans la reverb et les pochettes d'album les plus laides au monde. Pourquoi pas?

Emilien.

http://www.myspace.com/coldplay
Extrait vidéo de l'album:
Coldplay - 42

4 commentaires:

Rémi a dit…

J'ai eu le malheur d'entendre quelques fois la chanson titre, le tube du truc, à la radio avec mes collègues de travail trépanées ou même dans la voiture de ma tante. Toutes étaient fan. C'est un des trucs les plus affreux que j'ai entendus. C'est vraiment de la merde.

duckfeeling a dit…

J'ai été trompé par 42 que je trouve assez réussie. Elle juxtapose les parties avec un certain talent, même si ses dernières trente secondes sentent un peu le roussi de stade.

Le reste de l'album ressemble à ces dernières trente secondes et s'il n'y a pas vraiment de moment insupportable (ils savent ficeler de petites mélodies entêtantes, avouons-le), il n'y a pas non plus d'instants brillants.

J'ai le même avis que monsieur Emilien, même si je continue de penser que leur deuxième album était vraiment bon et qu'il collectionnait les vrais tubes, parfois même un peu osés et psychédéliques (Whisper, Politik, Amsterdam, ce genre de trucs mielleux mais prenants).

Duck.

MaryLav a dit…

Un album assez banal donc puisque mauvais. Mais s'ils acceptent l'image de groupe populaire qui sert à faire pleurer dans les chaumières, on peut leur accorder ce succès

Constance a dit…

Je reprends ce que dit rémi.
Je crois qu'il n'y a pas besoin d'aller chercher très loin. Coldplay, ça restera pour toujours de la daube.