dimanche 23 novembre 2008

[Tourne Disque] : Marnie Stern - This Is It and I Am It and You Are It and So Is That and He Is It and She Is It and It Is It and That Is That

Label : Kill Rock Stars
Sortie : 7 Octobre 2008
4/5







L'acheter




Cette fin d’année musicale est un peu consternante, par manque de grosses sorties attendues et de découvertes surprenantes. Les rares exceptions sont le Deerhoof, le TV On The Radio (que le Mange Disque trouve intéressant, mais n’arriverait surement pas à le juger à sa juste valeur, par manque d’enthousiasme, et pour ma part je ne pourrais lui mettre qu’un ?/5), et le deuxième album de Marnie Stern. This Is It and I Am It and You Are It and So Is That and He Is It and She Is It and It Is It and That Is That est l'antidote idéal pour se réveiller en cette période ronflante, peut être même le seul disque vraiment rock’n’roll à retenir cette année.

Ce titre interminable évoque d’ailleurs bien les longs riffs tarabiscotés avec 36 notes à la seconde, remplis de doubles croches, de triples croches (ne me demandez pas ce que ça veut dire, je ne sais pas), joués par cette guitar hero inclassable au physique de Barbie. La fameuse technique du tapping, (que vous pouvez observer ici), elle ne l’a pas acquise afin de ressembler aux références du genre (les Van Halen et autres horreurs venant du Heavy Metal, qu’elle ne connait de toute manière sûrement pas), ou pour impressionner, mais bien par nécessité. Car d’après ses dires, « avec de l’entrainement, il est bien plus facile de jouer rapidement une multitude de notes avec ses deux mains sur le manche plutôt qu’avec une seule ». Il n’y a qu’elle pour transformer cette technique habituellement moche et démonstrative (pour ne pas dire de mauvais goût) en quelque chose de totalement inventif et original. Simplement : sa tête déborde d’idées, qu’elle ne peut évacuer qu’avec sa guitare et ses dix doigts. Le surplus de technicité devient un pur outil, et non une fin en soi. Elle est donc une autodidacte qui joue du rock progressif sans le côté pompeux du genre et dans des morceaux de 3 minutes, avec une énergie punk et un chant pop haut perché complêtement décomplexé. Comme si cela ne suffisait pas, elle s’accompagne à la rythmique du batteur le plus insensé et hyper actif du moment, Zach Hill (de Hella), qui sait presque se faire oublier tout en restant efficace (un exploit), pour se dévouer entièrement à la musique de sa protégée (il l’a découverte et il produit ses disques).

L’entrée en matière de l’album est effarante de minimalisme spectaculaire (la guitare et la voix jouent sur une seule et même note répétée pendant toute la moitié du morceau sur un rythme effréné), et tout ce qui suit est un enchainement de morceaux rentre-dedans, compliqués mais funs avant tout. On a l’impression que les notions de « limites », « baisses de tension » et « raisonnables » n’existent pas dans le vocabulaire de Marnie Stern. C’est ce rock là, insouciant, généreux et un peu dingo, qu’on a envie d’écouter cette année.

François.

http://www.myspace.com/marniestern1
Extrait vidéo de l'album:
Le drôle de clip du single Transformer, où Marnie Stern joue avec les références qu’on pourrait essayer de lui coller (esthétique Glam Rock, image cheap, guitare à double manche, fumée blanche…).

8 commentaires:

Cécile a dit…

Ah tiens je l'ai prévu dans ma pile de CD à écouter avant la fin de l'année celui là.
En fait ya des disques comme ça où le titre, ou parfois la jaquettes, m'attirent irrésistiblement.

lecobraserpent a dit…

J'ai regardé le clip et ma réaction est la suivante :

CA VA PAS LA TETE ?

Personnellement, je ne vois aucune différence entre ce genre de Hard Math et du Glam Metal, alors, finalement, le visuel de ce clip, tout parodique qu'il soit, sied très bien à la chanson, selon moi.

Non mais ça va pas de faire de la musique aussi nulle !?

Emilien a dit…

n'écoutez pas monsieur joe qui raconte n'importe quoi. ce clip est très drôle et sied parfaitement au coté ultra fun de ce morceau qui est un des tubes les plus jouissifs de l'année. c'est pas du hard rock, ni du math rock, et c'est pas un riff en tapping qui en fait un morceau kitsch ou nul. bien au contraire. cet album est finalement très très chouette.

"IT'S TRUUUUUUUUE"

François a dit…

Oui attention le cobra aux amalgames ou aux raccourcis un peu rapides! Tu serais le premier à reconnaitre qu'il ne faut pas se fier à un single (j'aime bien aussi cette chanson, mais j'avoue penser que c'est la moins bonne de l'album). Je pense que tu trouverais le disque cool si tu l'écoutais en entier. Et si non, je serais quand même curieux de connaitre ton impression.

duckfeeling a dit…

"le TV On The Radio (que le Mange Disque trouve intéressant, mais n’arriverait surement pas à le juger à sa juste valeur, par manque d’enthousiasme, et pour ma part je ne pourrais lui mettre qu’un ?/5)"

C'EST LÀ QUE JE ME DIS QUE J'AURAIS DÛ ACCEPTER VOTRE OFFRE. : )

duckfeeling a dit…

Je dis non au single et à son clip par contre. Je suppose que c'est un peu la chanson blague de l'album, mais ça n'excuse pas son manque d'imagination et surtout, SURTOUT, quand on se peint l'éclair d'Aladdin Sane sur le front, on est obligé de faire un chef-d'œuvre. ALORS NON.

David Duck.

Emilien a dit…

ça va aller hein, les grincheux là, c'est mon morceau préféré de l'album!

duckfeeling a dit…

ON TOUCHE PAS À BOWIE.